New Deal 4 Europe
Un New Deal for Europe pour... financer la recherche et la formation
Un New Deal for Europe pour... financer les énergies renouvelables
Un New Deal for Europe pour... financer les réseaux d'infrastructures
Un New Deal for Europe pour... financer l'agriculture écologique
Un New Deal for Europe pour... financer la protection de l'environnement et de l'héritage culturel
Un New Deal for Europe pour... financer un Fonds Européen de Solidarité pour la création de nouveaux emplois pour les jeunes
Un New Deal for Europe financé par des ressources propres, telles que la taxe sur les transactions financières (TTF) et la taxe carbone --> € 400 milliards en 3 ans

Le Jeunes Européens France et l’ICE « New Deal for Europe »

Initiative citoyenne européenne « New Deal 4 Europe »

Table-ronde de Lyon - 28 novembre 2014

 

Introduction

Lucile Rossat

Présidente des Jeunes Européens France - Lyon

 

Je suis aussi ici pour représenter les Jeunes Européens France qui soutiennent l’initiative citoyenne européenne « New Deal 4 Europe ». Je remercie l’Union des fédéralistes européens pour leur invitation à la table-ronde de ce soir, à laquelle je suis ravie de participer. 

Ce plan de relance, qui vise à favoriser les investissements pour l’emploi, la jeunesse et l’environnement, nous intéresse particulièrement car nous représentons les jeunes générations européennes, aujourd’hui directement touchées par le chômage.

Notre association qui se déploie sur un réseau local, national et européen s’est engagée à soutenir le « New Deal 4 Europe » en diffusant l’information sur les réseaux sociaux, en communiquant au travers de nosnewsletters, en faisant de la pédagogie lors de nos actions sur le terrain. Par ailleurs, les Jeunes Européens disposent d’un journal en ligne, le Taurillon, référence en terme de presse fédéraliste, sur lequel de nombreux articles concernant cette ICE ont été publiés.

Le « New Deal 4 Europe » répond à plusieurs enjeux qui nous semblent, à nous, jeunes générations, les enjeux les plus importants dans la poursuite de la construction européenne.

Tout d’abord, il s’agit d’un projet d’avenir, qui propose un nouveau modèle répondant à des problématiques majeures telles que l’emploi et le développement durable. Il ne s’agit pas simplement de relancer la croissance par des investissements, mais de proposer des solutions durables pour assurer des conditions de vie et des perspectives d’avenir à nos générations et aux générations suivantes. L’idée d’une taxe sur les transactions financières et d’une taxe carbone pour apporter des fonds au plan de relance propose non seulement un nouveau modèle économique mais aussi un nouveau modèle de consommation. Le développement d’une fiscalité commune, au niveau européen, fait entrer en jeu les notions de solidarité et de citoyenneté dans le projet européen. Ce sont aussi des solutions qui visent à combattre la spéculation et à répondre aux problématiques environnementales, des enjeux d’avenir de nos sociétés.

Pour approfondir ce que j’ai dit plus tôt, cette ICE est aussi un appel à un projet politique européen qui correspond à nos revendications. En proposant une première étape de fiscalité, le « New Deal 4 Europe » lance l’idée d’une solidarité commune, qui serait à la responsabilité de l’Union européenne. C’est en ce projet politique que nous croyons pour assurer une bonne évolution de la construction européenne.

Enfin, l’ICE, en ce qu’elle permet aux citoyens de pouvoir s’adresser directement aux institutions de l’Union est déjà un programme que nous applaudissons. Le projet européen sera notre horizon lorsque les citoyens de chaque pays membre de l’UE se sentiront citoyens européens et seront prêts à agir politiquement ensemble, ce qui est loin d’être gagné aujourd’hui. En appelant à la solidarité sociale, environnementale et citoyenne, c’est déjà faire un pas en avant vers une évolution démocratique des institutions.

Contrairement au plan de relance proposé par Jean-Claude Junker, le « New Deal 4 Europe » propose une nouvelle logique de financement. Le plan Junker s’appuie sur des investissements de la Banque Européenne d’Investissement, sur des apports privés garantis par une réserve européenne et les fonds ainsi constitués seront alloués non pas par pays, mais pour des projets d’envergure  « New Deal 4 Europe » s’appuie sur un nouveau modèle de financement qui sous-entend une évolution vers une société plus solidaire et durable. Il s’agit d’introduire une fiscalité européenne en taxant les transactions financières sur les produits dérivés afin de limiter la spéculation et en taxant les émissions de CO2 afin d’inciter à un modèle de vie plus durable. « New Deal 4 Europe » suppose aussi une fiscalité au niveau européen, alimentant directement le budget européen par ces ressources propres, un élément qui n’est pas accepté du côté des Etats et qui n’est, pour l’instant, pas à l’ordre du jour dans la poursuite de la construction européenne.

Que le million de signatures soient récolté ou pas, cette Initiative citoyenne européenne est d’abord le moyen de faire valoir une autre vision de l’Union européenne et du rôle des institutions et un choix de société auquel de plus en plus de citoyens européens aspirent.

PARTNER

Signez ICI! Homepage